ESSOR Assurances - Logo
Accueil  ›  Blogue  ›  Faire face aux catastrophes naturelles

BlogueRSS

Faire face aux catastrophes naturelles

Ces vingt dernières années, le nombre de catastrophes naturelles s’est multiplié. Que ce soit les tremblements de terre, les cyclones dévastateurs, les tsunamis ravageurs, la planète a pu compter ses nombres de victimes. Cependant, en 50 ans, l’homme a modifié l’environnement de la planète en lui imposant pollution et en affectant la couche d’ozone. La déforestation, les changements climatiques, et autres actions n’ont fait que renforcer les catastrophes naturelles.

Cependant, même s’il est difficile d’éviter les catastrophes naturelles, il n’est pas pour autant impossible de limiter les dégâts et de réduire les risques. Certains organismes environnementaux disposent de plans en cas de situations urgentes, et surtout dans les régions à hauts risques et qui peuvent être exposées à de catastrophes majeures.

Quels genres de catastrophes naturelles s'abattent sur notre planète ?

Cyclones : Ces dernières années les cyclones se sont multipliés, créant de nombreuses victimes et dégâts majeurs. Parmi la variété de catastrophes plus dévastatrices, les cyclones tiennent une place considérable. Il s’agit d’une zone de dépression associée à des vents ultra violents. Ces derniers, lorsqu’ils se manifestent, produisent des tornades qui emportent tout sur leur passage.

Tremblements : Les tremblements de terre sont très fréquents sur certains continents. Dépendamment de leur degré de magnitude, ils peuvent être légers comme ils peuvent être entièrement dévastateurs et causer de réels dégâts. Lorsqu’ils se manifestent, ils causent de fortes secousses terrestres qui découlent de la libération d’énergie accumulée par les déplacements tectoniques de la Terre. Ces violentes secousses peuvent démolir des routes et des immeubles en un lapse de temps.

Séismes : Les séismes sont rarement ressentis par les humains, mais lorsqu’ils sont extrêmement violents et surtout en zone maritime, ces derniers peuvent entrainer un tsunami qui peut anéantir toutes les côtes sur son passage.

Sécheresse : Parmi d’autres catastrophes qui touchent principalement la zone agricole, la sécheresse figure parmi les plus appréhendée. Ce manque d’eau peut causer de nombreux dégâts au niveau de l’agriculture mais également faire souffrir de nombreuses personnes et tuer des animaux, en créant un inconfort et un manque alimentaire, surtout si elle s’étale sur une longue période. La sécheresse touche surtout les pays chauds et peut également provoquer des incendies précoces.

Inondation : De fortes pluies peuvent créer des inondations considérables dans certains pays. Il suffit qu’un cours d’eau déborde pour qu’un village soit anéanti au complet. Ce phénomène est provoqué à cause de nombreuses pluies qui se produisent en peu de temps. Ces fortes pluies peuvent également entrainer des torrents, et des glissements de terrains, emportant tout sur leur passage.

Neige : Au Canada, notre population souffre principalement de fortes tempêtes de neige. Bien que nous soyons très équipé pour faire face à ce genre de tempête, elles peuvent également causées des accidents routiers et bloquées des personnes qui sont plus isolées. Par ailleurs, en 1998, le Québec a été victime d’une forte tempête de verglas. Durant cinq jours consécutifs, des pluies verglaçantes ont monopolisé la région nord est de l’Amérique du nord, créant des coupures d’électricité et privant les gens de chauffage. Ce verglas, d’une épaisseur de 100mm a été un des plus importants en Amérique du nord, créant de nombreux dégâts aux arbres, aux habitations et entrainant de fortes perturbations au niveau des transports.

Comment être préparé à de tels désastres?

Auparavant, le seul moyen d’avertir les populations était par le bouche à oreille. L’alerte était donnée par des témoins qui avaient vu l’événement se produire et accouraient pour vite en informer les habitants. Cependant, nos systèmes d’alerte actuels disposent de moyens efficaces qui peuvent prédire l’arrivée des catastrophes et avertir les habitants. Les observations terrestres, spéciales, par satellite ou autres sont souvent complètes et les risques peuvent être minimisés.

L’Organisations des Nations Unies (ONU) a mis en place un plan stratégique pour lutter contre les catastrophes naturelles. Le but est de fournir un support global afin de réduire les risques de catastrophes. En instaurer une « culture de prévention » auprès des habitants, cela permet d’informer et d’impliquer les personnes en cas de désastres. Ce plan a permis de mettre en place diverses actions dans des pays à risques, tels que :

  • Mise en place de plan de préventions dans chaque pays, avec des moyens techniques et humains.
  • Réduire les risques de dégâts en mettant en place des dispositifs d’organisation et des programmes de gestion de crise, afin d’être efficace en cas de catastrophe naturelle.
  • Connaitre les risques encourus. Certains pays sont exposés à des catastrophes naturelles plus violentes que d’autres. Il est donc important et nécessaire de connaitre les conséquences que de tels dégâts peuvent engendrer.
  • Prévoir les éventuels risques pour mieux faire face aux évènements et répandre un système d’alarme général.
  • Éduquer la population sur les risques encourus. Cela permet d’améliorer la sécurité de tous car chaque personne doit connaitre les zones à risques existantes afin de collaborer avec les habitants et les associations humanitaires.

Agir rapidement. Chaque pays doit se préparer à agir rapidement en cas de catastrophes naturelles.

Commenter cet article

ESSOR Assurances © 2017 Tous droits réservés. | Conception web Cyber Génération